UNESCO

"Le principe de l'UNESCO est : Construire la paix dans l’esprit des hommes et des femmes"
Frédéric Fabre docteur en droit.

Construire la paix par la diffusion des connaissances et des cultures, la libre circulation des idées et des informations par le mot et par l’image, qui aident à fortifier la compréhension mutuelle, l’esprit de tolérance, le débat éclairé, et la paix.

UNESCO a pour vocation la coordination de la coopération internationale en éducation, sciences, culture et communication. Par ce moyen, elle renforce les liens entre les nation set les sociétés et mobilise le plus grand nombre pour que chaque enfant et chaque citoyen :

• ait accès à une éducation de qualité, droit humain fondamental et condition indispensable de développement durable ;

• grandisse et vive dans un environnement culturel riche de diversité, de dialogue et où le patrimoine sert de trait d’union entre les générations et les peuples ;

• bénéficie pleinement des avancées scientifiques ;

• et jouisse d’une liberté d’expression pleine et entière, socle de la démocratie, du développement et de la dignité humaine.

Cliquez sur un lien bleu pour accéder à LA JURISPRUDENCE DE LA CEDH SUR :

- LE PATRIMOINE MONDIAL DE L'HUMANITÉ

- LA LIBERTÉ D'EXPRESSION

- L'ÉDUCATION

- APPRENDRE A VIVRE ENSEMBLE ET LUTTER CONTRE L'EXTRÉMISME VIOLENT

- DÉVELOPPER LA SOCIÉTÉ DU SAVOIR

- LES SCIENCES AU SERVICE D'UN AVENIR DURABLE

- UNE PLANÈTE UN OCÉAN

- LE SITE INTERNET OFFICIEL DE L'UNESCO

Nous pouvons analyser GRATUITEMENT et SANS AUCUN ENGAGEMENT vos griefs pour savoir s'ils sont susceptibles d'être recevables devant le parlement européen, la CEDH, le Haut Commissariat aux droits de l'homme, u un autre organisme de règlement international de l'ONU. Contactez nous à fabre@fbls.net

Si vos griefs semblent recevables, pour augmenter réellement et concrètement vos chances, vous pouvez nous demander de vous assister pour rédiger votre pétition, votre requête ou votre communication individuelle.

LE PATRIMOINE MONDIAL DE L'HUMANITÉ

L'UNESCO classe les sites majeurs naturels et culturels du patrimoine mondiale de l'Humanité pour les protéger.

La LOI n° 2017-226 du février 2017 autorise l'adhésion de la France au deuxième protocole relatif à la convention de La Haye de 1954 pour la protection des biens culturels en cas de conflit armé.

Le Décret n° 2017-1571 du 16 novembre 2017 porte publication du deuxième protocole relatif à la convention de La Haye de 1954 pour la protection des biens culturels en cas de conflit armé, signé à La Haye le 26 mars 1999.

LIBERTÉ D'EXPRESSION

LE 3 MAI est la journée mondiale de la Presse sous l'égide de l'UNESCO

Sans un minimum d’ordre public, les citoyens et les journalistes ne peuvent pas jouir de leur droit à la liberté d’expression. Les forces de sécurité doivent donc protéger les journalistes des attaques de ceux qui les empêcheraient d’informer le public. Ils doivent s’assurer que les journalistes aient accès aux informations concernant les sujets d’intérêt public. Les agents des forces de l’ordre ne sont pas toujours au courant de l’importance du droit à la liberté d’expression et de la manière de travailler avec les journalistes d’une façon respectueuse pour la liberté de la presse. Ils sont également souvent insuffisamment équipés pour prévenir les attaques contre les journalistes motivées par des raisons criminelles ou politiques et commises par des groupes violents ou extrémistes. L’UNESCO sensibilise les forces de sécurité à l’importance d’établir un bon niveau de communication avec les médias et aux avantages de construire des relations professionnelles avec les journalistes. Renforcer ces relations peut aussi aider la population à être informée lors de périodes cruciales telles que des élections, de catastrophe naturelles ou lors de troubles de l’ordre public.

Les institutions judiciaires jouent une fonction essentielle dans la protection de la liberté d’expression, de la liberté de presse et de l’accès à l’information. Elles peuvent en particulier garantir la sécurité des journalistes, en termes de prévention, de protection, et de poursuites des crimes et des attaques commis contre les journalistes.

ÉDUCATION

L’UNESCO apporte aux États membres un soutien dans le développement de leurs systèmes éducatifs, afin de garantir une éducation de qualité et inclusive pour tous.

  • Laboratoire d'idées anticiper et répondre aux tendances et besoins émergents en matière d’éducation et formuler des politiques de l’éducation reposant sur la recherche et sur les priorités des pays.
  • Définition de normes : élaborer des normes, des standards et des directives dans des domaines clés de l’éducation et contrôler la mise en œuvre et la diffusion de politiques et pratiques éducatives réussies.
  • Plate-forme d’échanges : promouvoir le développement, la mise en œuvre et la diffusion de politiques et pratiques éducatives réussies.
  • Renforcement des capacités : fournir une coopération technique pour renforcer la capacité des États membres à réaliser leurs objectifs nationaux en matière d’éducation.
  • Catalyseur de la coopération internationale : initier et promouvoir le dialogue et les échanges entre les responsables et autres acteurs de l’éducation.

L’UNESCO soutient des domaines importants tels que le renforcement de l’alphabétisation, l'enseignement supérieur, l'amélioration du développement des enseignants, l'amélioration de l'apprentissage et le développement de possibilités d'apprentissage innovantes.

APPRENDRE A VIVRE ENSEMBLE ET LUTTER CONTRE L'EXTRÉMISME VIOLENT

Une paix durable repose néanmoins sur un tissu complexe et fragile de pratiques quotidiennes, qui s’insèrent dans des contextes locaux, et sur le maintien créatif par les individus et les communautés de liens fortuits, dans la conviction que ces liens sont en fait les conditions durables d’un vivre ensemble dans la dignité et la prospérité.

Aujourd’hui, alors que les menaces et les défis nouveaux se multiplient au niveau mondial et nuisent à la cohésion de l’humanité, telles les nouvelles formes d’inégalités, d’exclusion, de violence et de fondamentalisme aggravées par des tensions et des conflits locaux, apprendre à vivre ensemble entre tous les membres de la communauté mondiale représente un enjeu d’une actualité toute particulière.

Les compétences interculturelles ne sont pas innées. Elles s’acquièrent par l’éducation et l’expérience vécue. D’où l’importance cruciale de l’accès à suffisamment des ressources éducatives de qualité, formelles et non formelles, pour acquérir les compétences interculturelles requises afin de réussir sa vie dans toute la complexité et l’hétérogénéité du monde moderne qui est le nôtre.

Il ne suffit pas de lutter contre l’extrémisme violent – il faut le prévenir. Cela nécessite de faire appel à des formes du sens de la réflexion et d'humanisme individuel, à même de prévenir une menace provoquée par des interprétations faussées de la culture, par la haine et par l’ignorance. L’extrémisme radical n’est pas inné. Il est créé, alimenté. Le processus de radicalisation doit être désamorcé, en premier lieu, par les droits de l’homme et le principe de la légalité, par le dialogue au-delà des frontières, par l’autonomisation des jeunes femmes et des jeunes hommes, et par une action commençant le plus tôt possible, dès les bancs de l’école.

DÉVELOPPER LA SOCIÉTÉ DU SAVOIR

Le savoir et l’information ont un impact considérable sur la vie des gens. Le partage du savoir et de l’information, en particulier à travers les technologies de l’information et de la communication (TIC), a le pouvoir de transformer les économies et les sociétés. L’UNESCO œuvre à construire des sociétés du savoir inclusives et à donner plus de poids aux communautés locales en augmentant l’accès, la préservation et le partage d’information et du savoir dans tous les domaines de l’UNESCO. Les sociétés du savoir doivent se fonder sur quatre piliers : la liberté d’expression, l’accès universel à l’information et au savoir, le respect de la diversité culturelle et linguistique et une éducation de qualité pour tous.

LES SCIENCES AU SERVICE D'UN AVENIR DURABLE

La création du savoir et de la compréhension à travers la science nous permet de trouver des solutions aux défis économiques, sociaux et environnementaux d'aujourd'hui et de favoriser ainsi le développement durable et les sociétés vertes. Étant donné qu’aucun pays au monde ne peut parvenir seul à un développement durable, la coopération scientifique internationale contribue non seulement à la connaissance scientifique mais aussi à la construction de la paix entre les pays.

L'UNESCO aide les pays à investir dans la science, la technologie et l'innovation (STI), à élaborer des politiques scientifiques nationales, à réformer leurs systèmes scientifiques et à renforcer leurs capacités de suivi et d'évaluation des performances grâce à des indicateurs STI et des statistiques qui tiennent compte de la grande diversité des différents contextes spécifiques à chaque pays.

Les politiques scientifiques ne suffisent pas. L’enseignement des sciences et de l'ingénierie à tous les niveaux et les capacités en termes de recherche doivent être consolidés afin de permettre à chaque pays de développer des solutions adaptées pour répondre à leurs propres problèmes et les aider ainsi à jouer leur rôle dans le domaine scientifique et technologique international.

Relier la science à la société, aider les citoyens à mieux comprendre la science et ainsi favoriser leur participation dans ce domaine se révèle essentiel pour bâtir des sociétés où les gens ont les connaissances nécessaires pour faire des choix professionnels, personnels et politiques pertinents et participer au monde passionnant de la découverte. Les systèmes de connaissances indigènes développés à travers une interaction longue et étroite avec la nature, complètent les systèmes de connaissances fondées sur la science moderne.

La science et la technologie renforcent les sociétés et les citoyens mais impliquent également des choix éthiques. L'UNESCO travaille avec ses États-membres afin de favoriser des décisions éclairées quant à l'utilisation de la science et de la technologie, en particulier dans le domaine de la bioéthique.

L'eau est essentielle à la vie et pour toutes les communautés à travers le monde assurer la sécurité de l'eau est vital pour maintenir la paix et permettre un développement durable. La compréhension scientifique du cycle de l'eau, la distribution et les caractéristiques des eaux de surface et des eaux souterraines, des eaux urbaines, tout ceci contribue à la gestion rationnelle de l'eau douce pour un environnement sain afin de répondre aux besoins des hommes.
La connaissance scientifique de l'histoire de la Terre et des ressources minérales, la connaissance des écosystèmes et de la biodiversité, et l'interaction de l'homme avec les écosystèmes sont importants pour nous aider à comprendre comment gérer notre Planète et lui assurer un avenir pacifique et durable.

UNE PLANÈTE UN OCÉAN

Préserver la diversité de la vie sur Terre et dans l'océan est essentiel au bien-être humain à travers le monde. Pourtant, ces ressources vitales sont directement menacées par des pratiques d’exploitation non durables. Les solutions technologiques, la réglementation politique ou les instruments financiers ne peuvent suffire, à eux seuls, à atteindre l’objectif d’un développement durable. Nous devons changer notre façon de penser et d'agir.

Dans le cadre de ses efforts dans le monde pour protéger notre patrimoine culturel commun dans ses diverses formes, l'UNESCO a adopté en 2001, la Convention sur la protection du patrimoine culturel subaquatique. Ce traité international énonce des principes éthiques pour la protection du patrimoine immergé, propose un cadre de coopération entre États et énonce des règles scientifiques pratiques pour le traitement et la recherche concernant ce patrimoine.

La Commission océanographique intergouvernementale de l'UNESCO (COI-UNESCO) vise à promouvoir la coopération intergouvernementale vers la création des connaissances sur la nature et les ressources de l’océan et des zones côtières tout en déployant ces connaissances à la gestion, au développement durable, la protection de l'environnement marin, et les processus de prise de décision au sein de ses États membres. La Commission s'efforce également d'améliorer notre relation à l'océan par le développement et la diffusion de connaissances scientifiques ainsi que l’éducation du grand public, afin d'améliorer les réponses aux changements environnementaux et impacts issus des activités humaines affectant désormais l’océan partout dans le monde.

Le changement climatique mondial revêt des dimensions humaines et sociales profondes. Plus de 30 programmes de l'UNESCO dans le domaine de l'océan, des sciences, de l'éducation, de la culture et de la communication contribuent à l’apport de connaissances, à l'éducation et à la communication sur le changement climatique ainsi qu’à la compréhension des implications éthiques de ce changement pour les générations présentes et futures.

Nous pouvons analyser GRATUITEMENT et SANS AUCUN ENGAGEMENT vos griefs pour savoir s'ils sont susceptibles d'être recevables devant le parlement européen, la CEDH, le Haut Commissariat aux droits de l'homme, u un autre organisme de règlement international de l'ONU.

Si vos griefs semblent recevables, pour augmenter réellement et concrètement vos chances, vous pouvez nous demander de vous assister pour rédiger votre pétition, votre requête ou votre communication individuelle.

Cliquez pour nous poser vos questions, l'e mail permet de rester confidentiel.